Le poids du passé

Nous avons tous fait l’expérience de situations particulières où une chose qui aurait dû se produire ne s’est pas produite : telle ou telle personne aurait dû faire ceci ou réagir comme cela. Ou bien, nous-mêmes, nous aurions dû agir ou dire ou faire et tout aurait été différent ou mieux… On aurait dû prendre du recul, faire un autre choix… 

Et depuis nous trainons cette rumination, qui apporte de la tristesse et souvent de la colère contre nous-mêmes… 

Et nous ressentons cette frustration de savoir qu’on ne peut pas remonter le temps pour y changer quelque chose.

Il est possible aussi d’avoir une sensation d’incomplétude : un truc non terminé… on n’a pas clôturé un dossier dans sa vie, on n’a pas tourné une page… 

Un peu comme si on était en train de regarder un film et qu’en plein milieu on soit interrompu et puis qu’on tente de terminer l’histoire dans sa tête sans arriver à une conclusion satisfaisante.

Peut-être ne peut-on plus s’adresser à une personne qui était impliquée (fâchée ou disparue), ou peut-être n’y a-t-il aucun moyen de redresser un tort. 

Cependant et parce nous, Sapiens, ne supportons pas les questions sans réponse, nous allons tenter de donner du sens à certains évènements, sans forcément en identifier tous les tenants ni les aboutissants, les raisons particulières à chacun, les sommes de malentendus et de circonstances, parfois invisibles qui conduisent à certaines situations.

Et l’effort mental et émotionnel engagé dans la réminiscence diffuse du passé, lors de laquelle on élabore mille et une hypothèses, est proprement épuisant et empêche de vivre sa vie aujourd’hui. Car chaque fois qu’on veut passer à l’action, notre esprit se peuple de pensées contraignantes et il nous semble vivre, non pas au temps présent, mais chargé de fardeaux anciens…. nous voici paralysés et effrayés.

Cassons ce mécanisme !

Laisser filer le passé ne relève pas de la pensée rationnelle qui, elle, sait trouver des raisons pour tourner la page, sans nous motiver à le faire pour autant…

Mais relève d’un changement de perspective émotionnelle à l’intérieur de soi, où en se trouvant apaisé et détaché, on peut commencer à regarder les choses d’un autre œil, à trouver un point de vue autre et sans doute plus objectif sur les évènements que nous avons connus.

Bien sûr, il y a des leçons à apprendre du passé, et grâce à nos expériences, il y a des choses que l’on peut faire différemment et mieux aujourd’hui. 

Bien sûr, il y aura peut-être une conversation qu’il sera nécessaire d’avoir avec quelqu’un afin de pouvoir passer à autre chose au plan personnel ou professionnel.

Mais tout ceci sera facilité et décuplé si nous parvenons à apaiser les émotions encore attachées aux souvenirs. Et que recentré(e)s sur nous-même, nous puissions percevoir ce que nous voulons dans votre vie…

Souvenons-nous aussi que quelle que soit les causes ou significations des évènements du passé, nous sommes tous et toutes des créatures faites de routines et d’habitudes. Et que donc, si on a consacré beaucoup de temps à vivre dans le passé, à regarder derrière soi et bien c’est devenu une habitude, voire une nature : quelque chose que l’on fait automatiquement et involontairement, car c’est l’habitude que l’on a prise.

Alors, laisser filer le passé ne signifie pas que nous devons résoudre et solutionner tout ce qui s’est passé dans notre vie et qui ne s’est pas terminé comme nous l’aurions souhaité. 

Laisser filer le passer signifie se donner la permission de s’apaiser et d’opter pour une perspective plus saine, plus équilibrée, et de littéralement reconditionner notre esprit afin de casser l’habitude de regarder en arrière tout le temps.

Pour prêter toute notre attention à ce que vous souhaitons pour l’ici et le maintenant, pour notre vie aujourd’hui. Et que chaque instant qui vienne soit rempli de cet influx.

Nous pouvons y arriver, en faisant la répétition (comme au théâtre), des changements que nous souhaitons dans notre vie : en les imaginant, en les visualisant, en brodant une histoire autour, des détails, des personnages, et à s’y voir soi-même et le rôle que l’on joue. 

Fabriquons-nous, en quelque sorte, des « souvenirs du futur », celui auquel on aspire.

Quand on connait l’impact des souvenirs du passé, n’ayons nul doute sur le potentiel de changement profond de perspectives et de comportements contenu dans les souvenirs du futur ! 

vec un bénéfice en plus, c’est que ce futur, quand il devient notre présent, nous montre parfois qu’il a pris un chemin que notre imagination n’osait même pas… imaginer ! 


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.